About Frederic

Passionné par le sous-continent Indien, Frédéric Anthone s’y rend depuis les années 1990. Au cours de ses voyages il a appris à regarder, connaître et comprendre les gens. Ce pays et son peuple si divers lui ont permis de s’initier à la photographie.

Si de profondes évolutions et transformations se sont produites ces dernières années dans les grandes métropoles indiennes tant dans les mentalités que dans l’amélioration du niveau e vie, c’est loin d’être le cas dans les campagnes. Les paysans restent exploités, souffrent du système des castes, des mariages forcés, des traditions ancestrales. Ils sont souvent obligés pour survivre de migrer dans les villes pour trouver du travail et rembourser les dettes contractées. Lors d’un séjour Frédéric Anthone découvre le sort des paysans en état de servitude pour dettes (esclavage) qui travaillent dans les briqueteries. Il décide de partir un an afin d’achever ce sujet photographique et de réaliser un reportage sur le travail des enfants en association avec plusieurs ONG. A Calcutta (Kolkata) il fait la connaissance d’une association qui travail avec les enfants des rues Les Galopins de Calcutta. En découlera le reportage sur les enfants de la gare d’Howrah. Ces sujets feront l’objet d’articles de presse et de diverses expositions. Calcutta est la capitale culturelle de l’Inde et elle offre un charme incontestable et étonnant à quiconque cherche à la découvrir. Frédéric Anthone y fait de nombreux séjours en quête de photos qui puissent restituer l’atmosphère, l’âme de cette ville en profonde mutation. Photographe humaniste, il est difficile pour lui de concevoir une photo sans une présence humaine et la plupart de ses reportages sont réalisés au Leica M6 avec un 35mm pour être au plus près des gens.